fbpx

Les 8 secrets d’un contenu engageant

Si vous passez du temps à produire du contenu, c’est dans l’espoir d’attirer l’attention de vos client potentiels et de leur donner envie de rester dans les parages, non ? Rassembler une communauté de gens qui vous suivent est une excellente façon de construire votre image de marque et de développer votre business.

Mais c’est plus vite dit que fait. Vous avez peut-être déjà dépensé beaucoup d’énergie pour y arriver et êtes déçu du résultat ? Vous êtes sur le point d’abandonner parce que “ça ne marche pas” ?

Attendez encore un peu avant de jeter l’éponge. Peut-être qu’à la lecture de cet article, vous aurez de nouvelles pistes pour produire du contenu engageant et vous verrez des résultats qui vous permettent enfin d’attirer les clients qui vous plaisent.

Le marketing de contenu ça ne marche pas
zéro engagement sur mes contenus

“Vous êtes ce que vous partagez.”

C.W. LEADBEATER

comment écrire un contenu engageant

Un contenu engageant doit d’abord attirer l’attention

Votre contenu doit attirer vos lecteurs et leur donner envie de prendre action.

Pour arriver à ce résultat, commencez par vous adresser directement à eux et par parler des problématiques qui les concernent.

L’emphase doit toujours être sur eux, pas sur vous-même. Ne parlez de vous que lorsque ça peut aider vos lecteurs d’une façon ou d’une autre.

Parlez de ce qui les intéresse vraiment, pas de ce que vous croyez qui les intéresse. Pour ça, le mieux est encore de leur poser la question, ou de faire des recherches sur des outils comme Buzzsumo ou Contentgems pour savoir ce qui “marche”.

Enfin, utilisez le même langage qu’eux. Evitez tout le jargon.

 

Infographie 8 secrets contenu engageant

1. De vous à moi

Lorsque vous vous adressez à la deuxième personne du singulier, que vous choisissiez le vouvoiement ou le tutoiement, le lecteur sait que vous vous adressez directement à lui. Le but de tout votre contenu, c’est que vous donniez l’impression de conduire une conversation. Bien sûr, vous pouvez aussi parler de vous, mais s’il y a trop de “Moi, je” quand votre texte, votre lecteur s’en lassera vite. 

Ne parlez de vous que si cela apporte quelque chose à la conversation.

2. Au premier regard

Dans cette ère du scroll infini, si votre titre n’accroche pas instantanément l’attention de votre lecteur, vous n’avez aucune chance qu’il lise votre contenu. Ce serait dommage de passer autant de temps à créer du contenu de qualité pour qu’il tombe aux oubliettes faute d’avoir peaufiné un titre, pas vrai ?

Pour éviter cela, votre titre doit annoncer la valeur de votre contenu : à quelle problématique répondez-vous ? Les titres du genre “Comment faire…” ou “X façons de …” sont très appréciés parce qu’ils annoncent des solutions concrètes, et que souvent, les gens font des recherches sous forme de questions.

Une autre façon d’y arriver, c’est d’adresser directement le défi auquel votre lecteur fait face.

“Vous voudriez plus d’heures dans une journée ?”

 “Vous détestez prospecter ?”

Quoi qu’il en soit, relisez votre titre et demandez-vous : est-ce que je cliquerais sur ce titre pour en savoir plus ? Si la réponse est non, c’est qu’il faut le retravailler.

Vous détestez prospecter ? Attirez les clients qui vous donnent de l'énergie grâce à une stratégie de contenu efficace

3. Au coeur de l’action

Vous connaissez la différence entre la voix active et la voix passive ? Dans la voix active, le sujet effectue l’action, tandis que dans la voix passive, le sujet subit l’action. (ex: “J’ai rédigé cet article” Vs “Cet article a été rédigé par moi”). Question de style, de dynamisme et d’engagement, il est essentiel que vous utilisez la voix active. Partez à la chasse aux “par” et vérifiez si vous pouvez tourner la phrase autrement.

4. Faire Vs Être

Bien que l’on veuille faire ressentir des choses à nos lecteurs, il y a des moyens plus efficaces que de leur dire quoi ressentir. Nous le verrons dans le prochain paragraphe. Privilégiez tant que vous le pouvez des verbes d’action (regarder, lire, apprendre, choisir…), qu’une personne peut effectuer, aux verbes passifs (aimer, ressentir, savoir…)

5. Décrire pour faire ressentir

Plutôt que de dire “Je suis triste”, expliquez “Il y a comme un vide à l’intérieur de moi. Les larmes me montent aux yeux sans que je sache pourquoi, ma gorge se noue…” Ces descriptions sont beaucoup plus vivantes et plongent votre lecteur dans une réalité parallèle. Le cerveau est ainsi fait qu’il ne distingue pas la fiction de la réalité. Il va ressentir l’action comme s’il y était. Ces émotions sont essentielles si vous voulez engager votre lecteur. Ne lésinez pas sur les mots “sensoriels”, qui font appel aux cinq sens. 

Lorsque vous parlez du crissement de la neige sous vos pas, c’est bien plus puissant que de dire “Il avait neigé”. Si vous parlez d’une lumière aveuglante, ou tamisée,vous dessinez deux ambiances différentes. Vous pouvez parler du bruit sourd des battements de votre coeur ou d’un silence inquiétant. Vous voyez l’idée ?

 

6. Le rythme, c’est la vie

Il y a au moins deux éléments qui peuvent vous aider à ajouter du ryhtme à votre texte : d’une part, un bon usage de la ponctuation, et d’autre part, la longueur de vos phrases. L’important, c’est de varier. Des phrases courtes donnent du punch, mais des phrases (un peu) plus longues adoucissent parfois le ton.

Une relecture à voix haute vous permet de voir si vous avez fait du bon boulot.

 

7. Apprenez à raconter

Donner des exemples de la vraie vie (la vôtre ou celle des autres) pour illustrer votre propos va rendre plus vivace votre point de vue. Une histoire se retient (22 fois !) mieux que des faits. Bonus : s’ils le retiennent mieux, il sont aussi plus à même de le répéter après. C’est tout bénéf’, non ?

8. Dites-leur quoi faire

Maintenant qu’ils ont lu votre contenu, vous n’allez pas les laisser partir comme ça, quand-même ? Terminez toujours sur un appel à l’action. Alors, non, ça ne doit pas forcément toujours être un truc commercial, vous pouvez les inviter à partager leur réflexion, à lire autre chose, à télécharger un lead magnet…

Et si votre objectif, c’est qu’ils prennent rendez-vous, ne supputez jamais qu’ils vont le faire par eux-même. Fournissez-leur le moyen de le faire.

Alors, prêt pour écrire du contenu engageant ?

Je serais curieuse d’avoir vos retours, une fois que vous aurez mis en pratique ces quelques conseils. Vous devriez rapidement voir des résultats évoquants : plus de commentaires et de réactions pour commencer.

Vous m’en direz des nouvelles ?

Et sinon, vous avez d’autres conseils à partager avec les autres lecteurs de ce post ? Ajoutez-les en commentaires et j’éditerai l’article pour les ajouter.

10 idées de lead magnets pour les freelances

10 idées de lead magnets pour les freelances

Le lead magnet, littéralement, c’est un “aimant à prospects” : un contenu gratuit (c’est pour ça qu’on l’appelle aussi “freebie”) à forte valeur ajoutée qui permet à vos futurs clients de se faire une idée de la qualité de ce que vous proposez. En somme, c’est la version online de l’échantillon gratuit que l’on reçoit dans les parfumeries.

C’est un élément clé d’une bonne stratégie de contenu.

Vous voulez recevoir les nouveaux articles ?Abonnez-vous à la Newsletter.