fbpx

freelance : comment créer un plan de communication ?

5 étapes pour construire son plan de communication

Le plan de communication, c’est ce qui va vous permettre d’implémenter votre stratégie marketing d’acquisition clients. Si vous avez une stratégie mais que vous ne la traduisez pas dans un plan d’action, c’est comme avoir une destination sans carte : vous n’irez pas loin, ou vous risquez de vous perdre en route.

Les 5 étapes pour construire son plan de communication

 

  1. Définir une ligne éditoriale, pour être reconnaissable
  2. Définir ses objectifs, pour savoir pourquoi vous le faites
  3. Comprendre le parcours de votre client, pour lui donner les réponses qu’il attend
  4. Choisir ses canaux de communication, pour ne pas s’éparpiller
  5. Organiser le tout dans un plan, pour passer à l’action
organiser sa communication
planifier sa communication

“Celui qui néglige de
se préparer doit se préparer
à être négligé”

anonyme

réalise ton plan de com' en 5 étapes

#1 – Définir votre ligne éditoriale

 

Votre ligne éditoriale, c’est ce qui va définir ce que vous allez dire, à qui, pourquoi et comment. En général, elle est transcrite dans un document de référence, appelée charte éditoriale, que vous garderez sous la main.

Prendre le temps de mettre ce document au point dès le départ, c’est gagner beaucoup de temps au moment de créer vos contenus, et garantir une cohérence dans votre communication qui vous permettra de vous distinguer des concurrents.

  • Quels sujets allez-vous aborder ?

En tant que freelance, coach, indépendant ou consultant, vous avez votre propre domaine d’expertise. Mais ce qui est intéressant, c’est de savoir ce que recherchent vos clients potentiels. En quoi pouvez-vous les aider ? 

Listez les sujets que vous maîtrisez, dont vous aimez parler, et qui sont souvent recherchés par vos clients. Pour vous aider, vous pouvez trouver l’inspiration sur Answerthepublic, Quora, Google Trends, Buzzsumo ou encore QuestionDB.

  • À qui vous l’adressez ?

Il est essentiel d’avoir une idée précise du profil des personnes auxquelles vous vous adressez. Pour ça, vous allez créer un “persona”. Plus qu’une cible, un persona est un personnage fictif qui incarne l’ensemble des caractéristiques de votre client idéal. Au-delà des simples critères démographiques, vous allez également lui attribuer une personnalité, une façon de penser et d’agir. Le but est de pouvoir vreaiment vous mettre à sa place pour deviner comment il va percevoir votre message.

Imaginez que vous êtes un écrivain, et que votre client idéal est votre personnage principal. Vous allez imaginer des tas de détails qui ne se retrouveront peut-être jamais noir sur blanc dans votre texte, mais qui guideront les réactions et décisions de votre héros.

C’est le même principe avec le persona. En comprenant sa psychologie dans les moindres détails, vous produirez des contenus auxquels vos clients idéaux pourront s’identifier.

  • Pourquoi vous communiquez ?

“Start With Why”, comme dirait Simon Sinek. Si vous ne savez pas pourquoi vous voulez communiquer, alors votre interlocuteur ne saura pas pourquoi il devrait vous écouter. 

A ce stade, tout ce que vous devez savoir, c’est ce qui vous motive à faire ce que vous faites, à partager votre savoir. C’est en quelque sorte votre “mission”, ce en quoi vous croyez fermement. 

Comment, à votre niveau, allez vous changer le monde, même un peu ? Ou au minimum, comment avez-vous l’intention de changer la vie de ceux qui vous lisent ?

  • Comment vous exprimez-vous ?

C’est là que vous allez déterminer le ton de votre communication. Allez vous vouvoyer ou tutoyer ? Rester sérieux ou ajouter une touche d’humour ? Quels mots et expressions allez-vous utiliser souvent ou au contraire bannir à tout jamais de votre vocabulaire ?

Cette partie doit vous permettre d’exprimer votre personnalité, pour que vos contenus vous ressemblent. En effet, vous n’êtes sûrement pas le seul à faire le métier que vous faites, mais vous êtes le seul à être vous. Votre façon de vous exprimer doit traduire cette unicité. Les gens auront envie de vous faire confiance parce que vous êtes vous.

#2 – Définir vos objectifs de communication

Là, on rentre dans la partie un peu plus stratégique. Qu’est-ce que vous voulez atteindre avec votre communication ?

  • Gagner en visibilité ?
  • Construire votre crédibilité ?
  • Augmenter votre réseau ?
  • Générer des leads ?
  • Conclure des ventes ?

Mon conseil : n’essayez pas de tout faire en même temps. Mettez des priorités, ou vous risquez de vous éparpiller et de vous épuiser avant d’avoir pu obtenir des résultats.

Peut-être que vous n’avez aucun mal à convertir une fois que vous avez un contact. Ce qui vous manque alors, c’est plus de visibilité, ou un plus grand réseau.

Peut-être au contraire que vous avez déjà une bonne visibilité, mais que c’est la conversion qui pose problème.

Choisissez un ou deux objectif prioritaire pour commencer. Pour chacun de ces objectifs, demandez-vous comment votre communication va vous y aider et définissez un objectif principal et plusieurs sous-objectifs qui vont vous permettre de l’atteindre.

Vous connaissez l’acronyme SMART ? C’est un moyen mnémotechnique pour se fixer des objectifs qui tiennent la route. Un bon objectif est un objectif : 

  • Spécifique : Par exemple, si votre objectif premier est de gagner en visibilité, ça n’est pas spécifique. Dites plutôt que vous voulez augmenter le nombre de vues sur votre site web.
  • Mesurable : De combien voulez-vous l’augmenter ? Vous pouvez par exemple choisir de l’augmenter de 30% ou d’atteindre 10.000 vues par mois.
  • Atteignable : Augmenter de 30% si vous avez actuellement 100 vues par mois, c’est atteignable, mais pas très ambitieux. Par contre, atteindre les 10.000 vues dans ce cas-là, c’est ambitieux, mais pas forcément atteignable, ça dépendra de la temporalité.
  • Relevant : Est-ce que les vues sur votre site web sont la mesure la plus appropriée pour illustrer votre visibilité ? Ou est-ce le nombre d’impressions de vos publicités ? Il faut choisir la bonne mesure par rapport à votre objectif de base.
  • Temporel : En combien de temps voulez-vous atteindre cet objectif ? Pour l’objectif de base, la temporalité peut-être un peu plus longue, mais alors veillez à le subdiviser en plus petits objectifs, plus courts. 

Un fois les premiers objectifs atteints, vous pouvez vous atteler à d’autres.

Vous pourriez aimer…

10 idées de lead magnets pour les freelances

10 idées de lead magnets pour les freelances

Le lead magnet, littéralement, c’est un “aimant à prospects” : un contenu gratuit (c’est pour ça qu’on l’appelle aussi “freebie”) à forte valeur ajoutée qui permet à vos futurs clients de se faire une idée de la qualité de ce que vous proposez. En somme, c’est la version online de l’échantillon gratuit que l’on reçoit dans les parfumeries.

C’est un élément clé d’une bonne stratégie de contenu.

Les 4 étapes du parcours client

#3 – Cartographiez le parcours de votre client

Mettez-vous dans la peau de votre client idéal. C’est là que le persona que vous aurez développé lors de la première étape va prendre tout son sens.

Lorsqu’un besoin apparaît, nous passons tous par les mêmes phases : 

  • Prise de conscience

C’est le moment où la frustration devient insupportable. On n’a peut-être pas encore cerné exactement le problème auquel on fait face. Votre objectif à ce stade, c’est d’aider votre futur client à mettre des mots sur ce qu’il ressent, à réaliser qu’il veut que ça change.

⇒ Où est-il en général, quand ça lui arrive ? Que fait-il ? Que ressent-il ?

  • Recherche de solutions

Une fois qu’il a cerné son problème, et qu’il réalise qu’il n’est pas seul dans le cas, il va se mettre à chercher des solutions. En général, elles sont multiples. Mais laquelle est la plus appropriée ?

⇒ Comment cherche-t-il ces informations ? Et où ? Avec quels mots ?

  • Comparaison

Il a trouvé le type de solution qui lui conviendrait (celle que vous proposez), mais là encore, il y en a plusieurs : vous n’êtes pas seul sur ce marché. Comment choisir ? 

⇒ Quels sont les critères qui sont importants à ses yeux ? Où va-t-il se renseigner ?

  • Décision

OK, vous l’avez convaincu. Ou presque. Il reste toujours quelques hésitations au moment d’ouvrir son portefeuille. Comment le rassurer ? 

⇒ Quelles sont les questions qu’il se pose à ce moment crucial ? Quelles sont les dernières objections qui peuvent se dresser en travers de son chemin ? Par quel moyen y répondre ?

 

Les réponses à ces questions vous aideront à déterminer quel message faire passer à chacune des étapes, et via quel canal. 

Dites-vous aussi qu’un prospect peut faire votre connaissance à n’importe laquelle de ces étapes. D’où l’importance de prévoir des contenus (et les supports qui vont avec) pour chacune d’entre elles.

#4 – Choisissez vos canaux de communication

Si vous démarrez, n’essayez pas d’être partout à la fois. Choisissez les canaux les plus essentiels, ceux qu’utilisent votre client idéal le plus régulièrement.

  • Les réseaux sociaux

C’est souvent là que vous allez entrer en contact avec ceux qui en sont au stade de “prise de conscience”. Pas la peine d’être sur Instagram ou Tik Tok si votre client idéal passe plutôt ses journées sur Twitter ou LinkedIn. Et même s’il utilise plusieurs réseaux de façon régulière, demandez-vous dans quel état d’esprit il se trouve quand il est sur ces plateformes.

Si vous êtes dans le secteur B2B, LinkedIn est sans doute la première plateforme à envisager. Si vous travaillez dans le bien-être, voyez si vos clients ne se trouvent pas plutôt sur Instagram. Et pour tout ce qui touche à la créativité, Pinterest est une source d’inspiration pour de nombreux utilisateurs.

Si vous décidez de prendre votre place sur un réseau, prévoyez de publier de façon régulière. Au grand minimum deux fois par semaine pour des réseaux comme LinkedIn ou Facebook, quotidiennement pour des réseaux comme Instagram, et plusieurs fois par jour pour Twitter.

Commencez pas vous mettre à fond sur un seul réseau principal avant de penser à en lancer un deuxième. Il y a en une certaine courbe d’apprentissage avant de comprendre le fonctionnement de chaque algorithme, le ton approprié pour les utilisateurs de chaque plateforme, le type de contenu qui fonctionne le mieux…

  • Le blog

Si l’un de vos objectifs principaux est d’attirer du trafic sur votre site web, le blog est un outil formidable, car il vous permet de travailler votre référencement naturel.

Lorsque quelqu’un tape une requête dans Google, il est dans une démarche active de recherche d’information. Les visiteurs que vous parvenez à capter à ce moment-là sont déjà en train de chercher des solutions ou de les comparer.

C’est le moment idéal pour montrer l’étendue de votre expertise et les engager un pas plus loin…

  • L’email marketing

Il y a plusieurs façons de collecter les emails de vos prospects : 

  • en leur proposant un “lead magnet” (ou aimant à prospect), comme un ebook à télécharger, un appel stratégique offert, un mini-cours par email…
  • en leur proposant une newsletter régulière à forte valeur ajoutée.

Dites-vous bien que si une personne vous fait suffisamment confiance que pour vous donner accès à sa boîte mail, c’est qu’elle est déjà intéressée par ce que vous avez à lui dire. C’est l’occasion rêvée de développer et d’entretenir une relation naissante et d’apprendre à mieux vous connaître mutuellement.

Bien entendu, la confiance se gagne en gouttes et se perd en litres. Si votre contenu n’est pas à la hauteur de ses attentes, ou si vous vous octroyez des libertés avec ses données sans autorisation préalable (RGPD, bonjour !), votre prospect aura vite fait de fuir, voire pire : de vous faire une mauvaise publicité.

L’avantage d’une liste d’emails bien entretenue, c’est que c’est une audience qui est là parce qu’elle l’a choisi, et que vous ne dépendez pas du bon vouloir d’un algorithme pour que votre message soit lu.

Au minimum, la personne qui rejoint votre liste est déjà en recherche de solutions, voire plus avancée dans son processus de décision. Il est déjà dans une relation engagée avec vous.

Là encore, la régularité est le maître mot. Il faut par contre choisir la bonne fréquence : ni trop souvent, ni trop peu. Un mail trimestriel ne sert à rien. En trois mois, on a le temps de vous oublier et de se demander pourquoi on reçoit ce mail tout d’un coup. Si vous bombardez leur boîte mail 3 fois par semaine, ils risquent aussi d’en avoir marre et de se désabonner.

L’idéal est qu’ils sachent à l’avance dans quoi ils s’engagent : le type de contenu que vous allez leur envoyer, et à quelle fréquence. Et que vous vous y teniez.

Besoin d'aide pour planifier votre stratégie de contenu ?

Avoir des idées de posts, c’est déjà une première étape. Mais si vous ne planifiez pas tout ça dans une stratégie de contenu, vous risquez de ne pas en faire grand-chose. J’ai conçu un programme de 60 jours pour vous aider à mettre en place une stratégie efficace.

#5 – Organisez le tout dans un plan d’action

Qu’importe la forme que vous lui donnerez : un fichier Excel, un tableau Trello ou encore un espace de travail Airtable (que je viens de découvrir et j’en raffole !), l’essentiel est de rassembler toutes vos idées et de les planifier à l’avance pour avoir à la fois une vision à moyen et à court terme.

Pour chaque contenu planifié, votre plan comprendra les informations suivantes :

  • L’étape du parcours client concernée
  • La principale frustration ou aspiration que vous allez adresser
  • L’appel à l’action (en lien avec vos objectifs)
  • Éventuellement la campagne concernée (lancement d’un produit ? événement ? journée spéciale ?)
  • Le sujet, éventuellement développé en quelques lignes ou bullet points
  • Les sources d’inspiration et éventuels visuels
  • Le canal de communication
  • Le statut ( au minimum : idée, en cours de rédaction, publié)
  • La date de publication
  • Le lien vers la publication finale

L’idéal, c’est de commencer par vous faire un plan annuel à la grosse louche : y a-t-il des événements que vous ne voulez pas louper (par exemple : les fêtes de fin d’année, le Black Friday, la Fête des Mères, un salon sectoriel, un lancement de produit…) ?

Puis, une fois par mois, pour le mois suivant, vous planifiez tous les contenus que vous allez créer, pour respecter les fréquences que vous aurez choisies sur vos différents canaux.

Ensuite, vous prévoyez dans votre agenda des blocs de tâches pour la création de vos contenus.

80% de la réussite est dans le premier pas.

Woody Allen

à vous de jouer…

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour créer un plan de communication qui tient la route. Il vous aidera à garder l’œil fixé sur vos objectifs business et à concentrer vos efforts de communication vers des résultats tangibles, ainsi qu’à mieux vous organiser pour optimiser le temps passé à créer du contenu.

Et si vous avez besoin d’aide pour y parvenir, jetez un œil sur mon programme en 60 jours “COM’ QUANTUM”, durant lequel je vous accompagne pour accomplir ces étapes pas à pas.

 

COM QUANTUM - Attirez votre client idéal sans prospecter

Vous détestez vendre et vous aimeriez n’attirer que des clients qui vous donnent de l’énergie ? J’ai conçu un programme spécialement pour vous : COM’ QUANTUM.